Karine Maurel

Préceptrice

Préceptrice ? Mais tu parles de quoi, là ????

Le préceptorat, savez-vous ce que c’est ?

Si on demande aux gens une définition du préceptorat, pour la plupart, ils le définissent comme un travail du XIXe siècle, qui est celui d’une personne chargée de l’éducation scolaire et religieuse d’un enfant, à domicile, dont les parents étaient riches.

L’internaute note comme définition à ce sujet (Sic.) : « Préceptorat désigne la fonction de celui ou celle (précepteur ou préceptrice) qui est chargé(e) de l’éducation scolaire (voire religieuse) d’un enfant à domicile. Cette fonction s’est éteinte avec les lois Jules Ferry (1881-1882) qui ont rendu l’école gratuite, laïque et obligatoire. »
Ceci est une hérésie complète et même si j’ai pris le temps de leur écrire pour leur demander de changer leur définition, puisqu’elle est totalement fausse, elle reste ainsi notée, à la vue de tout, trompant tout un chacun.

Je vais essayer ici de vous expliquer ce qu’est la fonction de précepteur/préceptrice et je vous donnerai ensuite le code de déontologie que le précepteur ou la préceptrice signe avec chaque parent.

Apprenons à nous connaître !

Un métier méconnu mais surtout un métier légal !

Précepteurs ? Ça existe encore ça ?

Comme tout métier légal, le travail de précepteur est déterminé et reconnu par la société française, ainsi qu’en Nouvelle-Calédonie.

Comment sont déclarés les enfants ?

Les enfants sont déclarés, par les parents, en IEF (instruction en famille) et le précepteur devient alors, soit un professeur particulier, qui peut travailler sur une seule matière, soit un professeur à part entière, qui couvre le cours complet (toutes les matières demandées par le ministère de l’éducation nationale).

Discutons ensemble !

Mais l’IEF est-ce légal ?
L’école n’est-elle pas passée obligatoire ?

L’école en France, comme en Nouvelle-Calédonie n’est absolument pas obligatoire et la loi est très claire à ce sujet, ce n’est pas l’école mais l’instruction qui l’est.
En France, depuis peu, à partir de 3 ans, alors qu’en Nouvelle-Calédonie, c’est toujours à partir de 6 ans.
Les parents choisissent comment faire leur instruction, cela peut-être en inscrivant l’enfant dans un établissement privé ou public ou en l’instruisant de différentes manières possibles et légales, en famille. Je vous ferai prochainement un article sur les possibilités qu’offre l’école à la maison et ce qu’en disent les lois.

La fonction de précepteur a un code de déontologie et je vous le partage ici.

  • Je m’autorise en conscience à exercer cette fonction à partir de ma formation et de mon expérience. 
  • Je m’astreins au secret professionnel. 
  • Consciente de ma position, je m’interdis d’exercer tout abus d’influence. 
  • Je prends tous les moyens propres à permettre, dans le cadre de la demande du client, le suivi scolaire de mon élève, incluant le recours, si besoin est, à un confrère. 
  • Je reste attentive aux usages, à la culture, au contexte et aux contraintes de l’enfant que j’accompagne. 
  • J’exerce dans la synthèse des intérêts de l’élève et seulement de l’élève. 
  • J’adapte mon intervention dans le respect des étapes du développement de mon élève. 
  • Je ne suis pas tenue aux résultats.
  • En référence à la loi, j’exerce laïquement. Cela signifie que l’enseignement est le même pour tous, qu’aucune instruction religieuse n’est dispensée et que les activités d’endoctrinement sont interdites. Je m’engage pénalement à ne pas adhérer à l’une des 20 sectes répertoriées comme dangereuses par la MILS (Mission Interministérielle de Lutte contre les Sectes).
  • J’ai une obligation de neutralité qui m’impose un comportement dicté qui s’attache à transmettre les valeurs de la République, notamment l’idéal laïc qui exclut toute discrimination de sexe, de culture ou de religion.
  • Une obligation de signalement, qui m’oblige, dans l’exercice de ses fonctions, si j’acquiers la connaissance d’un crime ou délit, je dois en aviser sans délai les autorités. Il est important de souligner que l’auteur du signalement n’est pas tenu d’apporter la preuve des faits suspectés, la suspicion suffit à déclencher une procédure de signalement. À noter que cela relève aussi de la responsabilité de citoyen de dénoncer des actes délictueux portant atteinte de façon directe ou indirecte à des biens ou des personnes (maltraitance, harcèlement, actes de pédophilie…).
  • J’ai le devoir de satisfaire aux demandes d’information des parents, d’établir et communiquer le travail effectué et l’évolution de l’enfant.
  • J’ai une obligation de surveillance, de vigilance et de prudence. Les exigences relatives à la sécurité et à la santé doivent s’imposer sans réserve pendant le temps scolaire, pendant les sorties et voyages…
  • J’exerce une autorité bienveillante avec mon élève.
  • Je dois respecter les obligations de préceptorat et me montrer ponctuelle et assidue. Selon la formule prononcée par Louis XVIII, « L’exactitude est la politesse des rois », il me conviendra d’être « à l’heure » pour prendre mon service, quel qu’il soit.
  • Je me dois de bien séparer en ce qui la concerne mon élève et sa famille, ce qui relève du privé et ce qui relève du public (par exemple la croyance de l’élève, comme celle de l’élève relèvent du privé et n’a pas à être exposée, ni même évoquée dans le cadre scolaire).
  • Je dois m’inscrire dans une logique de cycle. Le décret du 24 juillet 2013 redéfinit la notion de cycle à l’école. Concrètement, cela signifie que tous les enseignements s’inscrivent dans cette logique de cycle.
  • Je me dois d’utiliser tous les outils d’évaluation et de suivi des élèves, à ma convenance. Les enseignements mis en œuvre soulignent une efficacité professionnelle dont profite mon élève. Ils sont conformes aux différentes attentes institutionnelles et peuvent être inspectés.
  • Enfin, je me dois d’adopter une posture d’accompagnement de l’élève, aider l’élève en difficulté, prendre en compte les différences, les programmes, avoir une pédagogie de la réussite et de l’excellence, proposer des activités dynamiques… sont autant de gestes professionnels à mettre en œuvre pour répondre aux exigences de cet observable.

J’espère que vous comprendrez mieux mon métier maintenant et que vous aurez envie d’en savoir un peu plus, en me contactant.

 

Inscrivez vos enfants !